Agarak

Retour à Accueil


Agarak 2.Excavations.

Excavations

Ce n’est que la plate-forme de la falaise du complexe nord d’Agarak, située en face de vous qui est en excavation pour le moment. La rue déterrée au bord nord-ouest de la plate-forme, bordée des deux côtés par les structures circulaires et carrées des maisons et les bâtiments annexes font penser qu’une ville avait existé dans ce site, avec un plan régulier à l’époque de l’Âge du bronze inférieur.

Probablement, l’élément principal de la conception du plan du site de l’Âge du bronze inférieur consiste par la présence des plates-formes de la falaise d’où rayonnent les quartiers de la ville.

Les nombreux objets découverts pendant les excavations : les fragments en céramique, les statues en terre cuite , les foyers circulaires et en forme de fer à cheval, les vestiges des supports, se situent dans la branche, dite la culture archéologique «Chéngavit» ou «Koura-Araxe» (étape moyenne), datant du 2900-2700 millénaire avant J.C.

La couche archéologique succédant à celle de l’Âge du bronze inférieur est décomposée et représente des objets et des vestiges d’habitation de différentes époques (de l’Âge du bronze moyen jusqu’à l’Âge du fer inférieur).

Un columbarium (niche funèbre) rupestre ourartéen, une amphore (un vase en céramique à deux anses symétriques) funéraire avec un sceau ourartéen et des fragments des objets en céramique nous font penser qu’Agarak fut aussi peuplé du 8ième au 6ième siècle avant J.C. Après la chute du royaume de Van, Agarak connut un nouvel essor, en devenant un grand site urbain.

Le texte est accordé par l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie Arménienne des sciences.