Akhtala

Retour à Accueil


Akhtala 4.St.Astvatstatsine (8).

St.Astvatstatsine (8)

Le principal bâtiment du complexe monastique est l'église St.Astvatsatsine (« Sainte-Mère-de-Dieu »), située au milieu de la forteresse. La date exacte de sa construction est inconnue, mais elle est généralement située aux 11e 13e siècles . L'église a été fondée sur les ruines d'un bâtiment plus ancien . Selon l’historien arménien du Moyen Âge Kirakos de Gandzak, Ivané Zakarian a été enseveli près de l'église en 1227. Un autre historien médiéval, Stépanos Orbélian le mentionne en 1216, dans son ouvrage « L’Histoire de la province Sisakan », sous le nom de l’église de Pghndzahank (« mine de cuivre ») c'est-à-dire Akhtala. Les chercheurs plus récents mentionnent comme période de ses fresques de 1205 à 1216.

La princesse Mariam, fille de Gourgen II (Kyuriké II), a laissé une inscription au dos d'un khatchkar en 1118, retrouvé à Ayor, près d'Akhtala, mentionnant l'édification de l'église. Cette inscription déclare : « Moi, la fille de Kyurikeh, Mariam, ai construit Sourp Astvatsatsin à Pghndzahank, que ceux qui nous honorent se souviennent de nous dans leurs prières». En 1185, Mariam avait aussi fait construire le grand gavit de l'église principale à Haghpat.

La tradition locale fait quant à elle remonter la construction de l'église au 7e siècle et l'attribue à l'empereur byzantin d'origine arménienne Héraclius ; selon une autre légende, elle aurait été construite au 5e siècle par le roi Vakhtang Ier Gorgassaly. Toutefois, aucune preuve ne confirme l'une de ces deux origines .

Selon Stépanos Orbélian, l'église contenait la croix à effets miraculeux qui, selon la tradition, fut utilisée par Jean le Baptiste et que l’évêque Stépanos de Noravank avait mis en gage avec les deux accessoires précieux de l’habit religieux. Ce serait Vasak, le père du prince Proch, qui, plus tard, l'aurait donnée à Ivané I Zakarian, qui l'a ultérieurement vendue chèrement au monastère de Noravank (Vayots Dzor) en 1216.

Cruciforme, St.Astvatsatsine appartient aux types de basiliques à dôme, avec les contreforts couplés aux chapelles latérales de l'abside. Deux paires d'arcs divisent l'espace longitudinal de prière en trois nefs, dont la centrale, également dotée de chapelles latérales, se termine à l'est par une abside semi-circulaire et des chapelles latérales dotées de sacristies .

L'axe vertical du bâtiment était couronné d'un dôme massif à pointe et à tambour cylindrique. Ce dôme fut endommagé durant les invasions de Tamerlan et entièrement détruit en 1784 lors d'une invasion barbare (celle de Omar Khan) depuis le Daguestan. Au 19e siècle, le vice-roi du Caucase, le prince Mikhaïl Vorontzov, fait construire un dôme semi-sphérique en bois et recouvert de métal ; ce dôme a été rénové pendant la période soviétique.