Amberd

Retour à Accueil


Amberd 5.Église St.Astvatsatsine (10).Khatchkars.Vichapakars.

Église St.Astvatsatsine (10)

L’église fut construite en 1026 par le prince Vahrame Pahlavouni, l’un des grands Sparapète (commandant) arméniens qui écrasa avec un grand succès les invasions byzantine et seldjoukide en 1042, en créant un royaume libre temporaire. L’église à dôme est située entre le château et l’extrémité du promontoire, au bord du ravin de la rivière Arkachèn.

L’église est un exemple d’un nouveau type de bâtiment religieux en Arménie : halls cruciformes avec quatre petites chambres à deux étages dans les angles, un tambour massif, couronné par un dôme en toit « tente » qui occupe l’espace en bas.

Le dôme repose sur le hall central, soutenu par des colonnes aux angles et des arcs, avec un tambour rond à l’extérieur, composé de douze paires de demi-colonnes qui déterminent la conception en ombrelle du toit. Son extérieur est simple, même austère, avec un décor minimal, excepté la bordure autour du portique et des fenêtres, et la mosaïque des croix, taillées sur sa façade.

Khatchkars

Un beau khatchkar (croix en pierre) du 8ième – 9ième siècle, posé sur le mur de l’église, sa croix épaisse et simple, ainsi que la bordure rudimentaire nous font penser qu’il daterait d’une époque plus éloignée que l’église médiévale.

La conception de trois demi-cercles au bout de chaque aile de la croix est typique pour les croix arméniennes du 11ième -13ième siècles. La croix est décorée tout autour par des formes géométriques. Parfois, la croix est représentée comme un arbre de vie avec quatre paires de branches croisées, dont le nombre total (huit) avait un sens mystique dans les symboles païen et chrétien.

Vichapakars

Il y a plusieurs «Vichapakars» (pierre du dragon) dans cette région, entre Amberd et le mont Aragats.

Les «Vichapakars» remontent à l’Age néolithique et de Bronze. Ils représentaient l’un des éléments des cultes arméniens pré-chrétiens. C’étaient de hautes pierres, situées auprès des sources d’eau et ornementées par une créature, ressemblant à un poisson avec des ailes. Les historiens associent les «vichapakars» aux pierres et stèles pré-chrétiennes qui sont considérées comme l’archétype des khatchkars où furent incorporés certains symboles païens : le soleil, l’arbre de vie et la géométrie sacrée (Pythagoricien) qui utilisait consciemment les chiffres et les formes en communication avec Dieu.

Les pierres, dressées en mémoire de personnes saintes ou célèbres, furent remplacées par des croix dans la première période chrétienne, et plus tard par des khatchkars (croix en pierre). Les chroniqueurs pensent que plusieurs temples païens furent construits sur les sites de «vichapakars», situés loin des sites d’habitation. La pratique médiévale d’emplacement des monastères et des églises traduit cette tradition pré-chrétienne d’être à l’abri des agresseurs potentiels.