Dvin

Retour à Accueil


Dvin 1.Carte et Introduction.

Carte et Introduction

La ville de Dvin, ayant une histoire millénaire, est l’une des 12 anciennes capitales de l'Arménie. Plusieurs recherches, fouilles et études y sont réalisées.

La ville fut fondée sur les structures d’un site remontant à la plus haute antiquité, mais l’histoire documentée de Dvin est lancée à partir des années 330. D’après les historiens, le roi d'Arménie Khosrov II Kotak (330-338) fonda la ville de Dvin, sur une colline, non loin d’Artachat. Le mot Dvin signifie, dans la traduction du parsi (moyen perse) colline. Pour rendre plus pur et plus sain l’air et l’entourage de la ville nouvellement fondée, le roi fit planter la forêt de Khosrov entre Dvin et la forteresse de Garni. Ce n’est que 150 ans après sa fondation, en l’an 481, que la ville de Dvin fut proclamée capitale, par Nersès Bagratide Tanouter. La situation climatique de la ville d’Artachat, devenue insupportable à cause du changement du cours du fleuve Araxe et de l’élargissement des marécages, les habitants d’Artachat allèrent massivement s’installer à Dvin.

D’après les chroniqueurs Sébéos et Hovhannès V Draskhanakertzi (Catholicos de tous les Arméniens de 898 à 929), les Arabes prirent et pillèrent la ville de Dvin pendant le règne de l’empereur byzantin Kostas II et le Catholicos Ezer en 640, tuant 12000 habitants, s’emparant des 35000 autres, condamnés à vivre sous leur règne.

Les Arabes appelèrent la ville Dabil et en firent le centre de l’unité administrative « Arminia » du Califat arabe et le Siège de Vostikan ou gouverneur, nommé par le Califat. Dvin est restée sous la domination arabe durant plus de 300 cents ans.

D’après les chroniqueurs arabes, Dvin exportait des marchandises en grandes quantités, connues sous la dénomination de « marchandises arméniennes », très appréciées sur les marchés de l’époque, surtout les fins tissus colorés de coton, par Vortan karmir (cochenille).

La ville de Dvin est détruite en 863 suite à un tremblement de terre, mais reconstruite plus tard, elle fut détruite entièrement de nouveau en 893, à la suite d’un séisme plus puissant, faisant 70 000 morts parmi la population. Dvin n’était pas seulement un centre administratif, mais aussi un centre religieux : pendant très longtemps, de l’an 475 jusqu’en 914 (selon certaines sources, jusqu’en 918) la ville était le siège du Catholicossat. En 1045, la ville fut prise par les Byzantins et plus tard, en 1064, par leSeljukides.

La dernière étape du développement de Dvin est liée à la domination des Zakarides, quand l’armée unie arméno-géorgienne, ayant à sa tête les frères Yvané et Zakaré Zakarian, à la fin du 12e siècle, battirent les Seljukides et libérèrent la ville de Dvin.

La ville fut détruite entièrement par les invasions de Djalal Ed Dine en 1225 et des Mongoles en 1236.