Excavations d'Erébouni

Retour à Accueil


Erébouni 5.Karmir Blour.

Karmir Blour

Le choix de l'emplacement de la forteresse Erébouni n'était pas accidentel. Située sur la colline Arin Berd de 65m. de hauteur, la citadelle dominait non seulement la grande ville portant le même nom, mais aussi ses alentours : la plaine d'Ararat et les villes d'Ourartou Arguichtihinili (aujourd'hui Armavir) et Teïchebaïni (Karmir Blour), ainsi que les autres sites et les routes reliant ces villes.

Le site, appelé Karmir Blour («colline rouge»), à cause de son argile rouge, fut construit par le roi d'Ourartou Rusa II à la première moitié du 7ième siècle avant J.C. pour protéger les frontières nord-est contre les attaques cimmériennes et scythes. Il fonda un nouveau centre administratif, économique et militaire sur le banc gauche de la rivière Ildaruni (Hrazdan), à l'ouest de la ville moderne d'Erevan et le baptisa Teichebaïni en l'honneur du Dieu ourartéen de l'orage et de la guerre Teicheba.

La citadelle de cette ville-forteresse, entourée d'énormes murs défensifs avec ses bâtiments de stockage et son propre système d'irrigation avait deux niveaux. Environ 150 pièces, servant de stockages, de caves et de différentes échoppes d'artisans pour la production du vin et de la bière et un pressoir d'huile de sésame étaient située au rez-de-chaussée. Les pièces du premier étage étaient réservées pour les gouverneurs, les prêtres, les officiers militaires et les autres hauts personnages. Dans la citadelle il y avait aussi des temples.

Le merveilleux site ancien ne fut connu qu'après la découverte par hasard d'une inscription cunéiforme sur le versant sud-est de Karmir Blour en 1936 où il était taillé «Rusa Arguichti-hini», signifiant «Rusa, le fils d'Arguichti» ou Rusa II. Les fouilles régulières, lancées en 1939 déterrèrent un site ancien couvert d'une épaisse couche d'argile rouge de plus de 2500 ans. Les autres inscriptions cunéiformes, découvertes pendant les excavations plus récentes qui mentionnaient les mots «Rusa, le fils d'Arguichti, la forteresse de la ville de Teichebaïni» permirent de connaître la date précise de la fondation du site et l'identité du roi.

Les objets et les articles découverts pendant les excavations archéologiques de Karmir Blour sont considérés comme faisant partie des plus importants du Moyen-Orient, du Proche Orient et de l'Asie-Mineure. Les objets rituels et utilitaires, faits de terre, d'os et de pierre, les nombreuses parures, les outils et les équipements militaires, décorés de symboles et d'animaux mythologiques, les morceaux de tricotages colorés et les grains carbonisés témoignent du niveau extrêmement développé de l'économie, de l'art et de l'artisanat de l'Ourartou.

Teichebaïni fut détruit par les Scythians et les tribus locales au début du 6ième siècle avant J.C. Les découvertes archéologiques comme les semences de pastèque, trouvées dans les estomacs des animaux, les tas d'herbes récoltées au mois d'août et les autres articles précisent la date de la défaite du site et l'hypothèse de l'assaut inattendu de la ville.

 Rédaction du texte original faite par le Musée-Réserve historique et archéologique «Erebouni» et le Comité national du Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS/Arménie).
 

Share |