Musée d'Erébouni

Retour à Accueil


Musée d'Erébouni, Salle 1 - Vitrine d'expositions 3

L'horticulture, la culture maraîchère et surtout la viticulture étaient très développés en Ourartou. Les graines, les noyaux et les morceaux calcinés des fruits comme: prune, raisin, grenade, pomme, abricot, cerise, noix et pastèque, trouvés pendant les excavations de Karmir Blour en sont une preuve. La viticulture était développée surtout dans la région de Van, dans la vallée d'Aratsani, près des bassins du lac Ourmia et le fleuve Tigris, dans la plaine d'Ararat. Une dizaine de sortes de raisin dont les pépins ont été trouvés pendant les fouilles : Voskéhat, (Khardji), Mskhali (Ararat), Hatchabache et quelques variétés de raisin noir, sont cultivées jusqu'aujourd'hui dans la plaine d'Ararat. Les secrets de la viticulture étaient connus depuis des temps les plus reculés aux habitants du Plateau arménien qui en gardent jusqu'à aujourd'hui les vieilles traditions. On suppose qu'ils sont les héritiers ethniques, économiques et culturels du Royaume de Van (Ourartou).

  La culture des sortes de raisins a favorisé le développement de la viticulture. Les Ouratéens gardaient le vin dans les jarres énormes, enfoncées à moitié dans la terre et munies d'un hiéroglyphe et des signes cunéiformes indiquant leur contenance. Les inscriptions cunéiformes de nature économique évoquent les unités de mesures utilisées en Ourartou: akarki (=240 L.) et terussi (=1/10 ou 1/9 akarki). La contenance moyenne des jarres découvertes atteint 750-1500 L. La capacité de contenance des huit caves de vin excavées à Teichebaïni (Karmir Blour) est de 400 000 L.

  Les Ouratéens connaissaient bien l'art de la production de bière. Un atelier de bière a été découvert en 1958 à Karmir Blour avec une cuvette de tuf pour y tremper l'orge ou le millet, des tuyaux pour gérer l'eau et une quarantaine de pots pour garder la bière. Plusieurs chroniqueurs mentionnent la production de bière dans le Plateau arménien, et parmi eux Xénophon qui décrit ainsi la bière qu'il a bue dans le pays Arminia:

«Il y avait des échoppes de blé, d'orge, de légumes et de vin préparé à partir de l'orge. Le vin était rempli dans de grands bols où les grains d'orge flottaient en surface. Les roseaux, les uns courts, les autres longs, y étaient placés. Il suffisait de mettre le bout du roseau dans la bouche et de boire pour assouvir sa soif. La boisson sans y mélanger de l'eau était très forte et avait un parfum délicieux, quant au goût, il fallait s'y habituer».
 

Share |