Musée d'Erébouni

Retour à Accueil


Musée d'Erébouni, Salle 2 - Vitrine d'expositions 4

Les conceptions en pierre, en argile et en bois, pratiquées traditionnellement dans les constructions des anciennes forteresses et des logements du Plateau arménien ont servi de base pour l'épanouissement de l'art de construction en Ourartou.

La pierre, le tuf et le basalte étaient principalement utilisés dans les fondements des remparts et d'autres bâtiments. Les chapiteaux des colonnes, les pentures des portes, ainsi que les conduits d'eau étaient en pierre. Le matériel de construction principal était la brique brute, produite par la gâchée de l'argile. Il y avait de différents types des briques : carrées et rectangulaires qui se mesuraient par une unité ourartéenne : kangoun - égal à 51,8 cm. Les murs, les plan­chers et les surfaces plates des toits étaient pétris de la même gâchée. La toiture, les plafonds, les colonnes, les portes et les tympans étaient en bois. Les arbres caducs à feuillages en aiguilles comme le pin, l'orme, le peuplier, le chêne, l'hêtre formaient la futaie principale d'Erébouni.

L'architecture ourartéenne, connue pour ces constructions défensives et ses temples a eu, plus tard, une empreinte considérable sur l'architecture arménienne médiévale et moderne.
 

Share |