Guéghard

Retour à Accueil


Guéghard 5.Église St.Astvatsatsine (Prochian) (5).

Église St.Astvatsatsine (Prochian) (5)

L'église Prochian est attenante aux sépultures Prochian. D'abord, l'église fut creusée par la famille Zakarian dans les années 1215 et 1225, puis plus tard, en 1283, a été agrandie et embellie par l'architecte Galdzak, sous la direction des Prochian. Galdzak est aussi le «maître d'œuvre» de l'église Avazan et du gavit supérieur de Prochian.

Cette petite église cruciforme en coupole, a trois petites antichambres dont les deux sont flanquées d'une large abside en demi-cercle et la troisième encastrée dans le mur nord. Les demi-colonnes, aux coins du hall central, soutiennent les arcs, un tambour et une coupole, elle-même composée de 12 sections, avec des hauts-reliefs découpés. La décoration représente des vignes et des Arbres de vie, portant des grappes de raisin et des grenades.

Les murs de l'église sont aussi décorés de hauts-reliefs, de dessins géométriques et de ceintures plates, encadrés par des symboles du soleil sur les murs.

A gauche de l'autel se trouve une grande croix unique, au-dessus de l'Arbre de vie, minutieusement découpée, où apparaît le symbole du soleil, avec la tête d'Adam à sa base. Les quatre extrémités de la croix sont gracieusement sculptés par de plus petites croix, ce qui représente un style unique pour les croix arméniennes. Il y a deux figurines humaines de chaque côté de la croix. L'une d'entre elles tient un bâton, l'autre une lance dans une main, une corne dans l'autre. On dit que ce sont les Prochain.

La décoration sur les murs de l'autel représente des symboles différents. Une chèvre est sculptée sur le pas de l'autel. Celui-ci est considéré comme unique dans son style, car sa marche comporte un pas et un trône est sculpté sur le côté opposé ; le lion sculpté au-dessous du trône suppose qu'il était réservé pour Prochian pendant les services religieux. L'église était leur propre chapelle.

Les lézardes sur les murs sont les conséquences de tremblements de terre, dont le pire se produisit en 1679, détruisant entièrement le monastère. Cinq ans après, le site fut dégagé et reconstruit, en devenant une résidence d'été pour les Catholicos arméniens (Chef de l'Eglise Apostolique arménienne).

L'église Avazan et le mausolée supérieur sont considérés comme l'un des «aboutissements» les plus « accomplis » du Moyen Âge en Arménie. Les structures sont grandioses par la manière dont elles sont sculptées, de haut en bas et entièrement à la main. Leur réalisation a duré plus de quarante années. C'est la foi pure de l'architecte et des entrepreneurs qui a permis de surmonter les difficultés dans l'entreprise de cette tâche si gigantesque