Haghpat

Retour à Accueil


Haghpat 2.Centre intellectuel médiéval.L'Evangile de Haghpat.Église Jegrachen (St.Astvatsatsine) (1).

Centre intellectuel médiéval

Le monastère de Haghpat était un centre intellectuel et un dépôt éminent de livres et de manuscrits. Le siège de l'évêché de Gougark fut déplacé de Sanahine à Haghpat (du 1081 au 1836). La bibliothèque de Haghpat était un foyer de rayonnement culturel où s'abritait des manuscrits et des miniatures légendaires.

Les enseignants connus, comme Grigor Magistros et Hovhannes Sargavak («Imastasser» ou Philosophe) (1045-1129), œuvraient dans le monastère de Harghpat. Sargavak, le favori du roi géorgien David, était renommé pour la réformation du calendrier arménien, les traités philosophiques, théologiques et mathématiques, les recherches médicales et de la science naturelle, le recueil et la publication plus de cinquante manuscrits religieux. En 1873, un chroniqueur arménien découvrit une caverne avec des manuscrits pétrifiés qui étaient probablement celle de Hovhannes Sargavak où il gardait sa bibliothèque et ses recherches. Sa pierre tombale est située au-dessous du beffroi à Haghpat.

A l'époque, le monastère de Haghpat avait plusieurs centaines de moines.

L'Evangile de Haghpat

L'Evangile de Haghpat, composé par le moine du monastère Hakop à la demande de Sahak Anetsi en 1211, fut illustré à Ani par le peintre Margaré. L'Evangile de Haghpat est connu pour ses illuminations où les miniatures d'une nature séculière combinent avec des scènes religieuses. Les khorans (une conception, comprenant des colonnes et des arcs qui encadrent les tables du canon de l'Evangile) sont décorés par des figurines masculines, portant des habits séculiers de la période. Un grand intérêt représente les décorations avec les figurines des hommes en habits riches, l'un avec un pot (le serviteur,apportant de l'eau) et l'autre avec un poisson au bout d'une ligne dans les mains (Chéramik, apportant du poisson) et un «goussan» (troubadour), assis dans l'ombre au-dessous d'un arbre fruitier.

La seule scène religieuse de l'Evangile est la décoration l'Entrée à Jérusalem où sont représentées des figurines arméniennes vêtues richement ( qui saluent l'entrée du Christ assis sur un âne). Le titre de créance mentionne que ce sont les frères du Christ. On y remarque aussi un fragment d'une vue panoramique de la ville, une maison riche avec son propriétaire.

D'abord, l'Evangile fut déplacé dans le monastère de Horomos (à Ani) et puis fut offert à l'église Arjo Aritch (ou Alajah, un village dans la région Chirak) en 1211, construite par Sahak Anetsi. En 1223, l'Evangile fut acheté par Sarguis d'Artsakh qui l'offrit à l'Evêché de Khatchen qui fut emporté à Artsakh (aujourd'hui Karabakh), puis à Edjmiatsin en 1920. Aujourd'hui, il s'abrite à Maténadaran (Institut de recherches des manuscrits) à Erevan (manuscrit N 6288).

Église Jegrachen (St.Astvatsatsine) (1)

Cette petite chapelle, située hors des murailles du monastère juste à côté du parking, fut élevée en 1195, après la construction de la première église St.Nechan dans le site. Le mot «jegrachen» signifie l'agitation ou la colère. Selon une légende, la petite église fut construite par un apprenti d'architecte du Monastère Sanahin, pendant sa crise de colère. Sur sa façade de l'ouest, la petite église a de beaux khatchkars, avec des inscriptions sur la foi, taillées comme un arc au-dessus du portique.