Haghpat

Retour à Accueil


Haghpat 6.Galerie et khatchkar Aménaprkitch (8).Bibliothèque (9).

Galerie et khatchkar Aménaprkitch (8)

La bibliothèque est adossée directement à l'église, d'où vient son nom «Passage du Sauveur».La galerie s'étend de l'extrémité est de St.Nechan qui servait d'une Académie monastique.

La galerie renferme une chapelle-sépulcre et de nombreux khatchkars (croix en pierre) dont l'un, nommé Aménaprkitch, est un chef-d'œuvre.

Aménaprkitch (Sauveur de Tous) datant de 1273, dédié à Saduni Atabègue est considéré un chef-d'œuvre d'art. Le sculpteur du khatchkar est Vahram qui créa un identique khatchkar à Desègh. Aménaprkitch représente la Crucifixion, dont la face sculptée est peintes des couleurs. La représentation réaliste de la figure du Christ, de Sainte Marie et Marie Madeleine, des douze apôtres et des anges était révolutionnaire pour l'époque, précédant 100 ans à la Renaissance italienne.

La couleur rouge sur la face sculptée due à la peinture Vortan Karmir (cochenille), un colorant rouge obtenu par l'utilisation des insectes de la famille de coccidés qu'on peut trouver dans la vallée Ararat. Vortan Karmir avait une valeur importante à cause de sa riche couleur, l'élasticité et l'usage multiple : teinture de tissu, colorant, peinture. Il avait une valeur de l'or et était très recherché auprès des Cours égyptienne, de Constantinople et de l'Europe.

La galerie renferme aussi d'autres khatchkars dont les deux datent du 9ième siècle où la croix est représentée comme un arbre de vie. Ce sujet est une tradition pré-chrétienne qui est représenté sur nombreux khatchkars : les pousses de l'arbre de vie naissent du pied de la croix et s'épanouissent en feuilles latérales. On y remarque aussi un symbole du soleil et le visage d'Adam. En sculptant des symboles païens sur les khatchkars, en effet, les maîtres «baptisaient» ces anciens symboles de vie. Ils voulaient montrer que le Christ est la source de vie pour ceux qui le croient.

Bibliothèque (9)

La bibliothèque avec sa galerie, accolée au mur nord de St.Nechan fut construite au 11ième siècle. L'ancienne structure qui avait un toit rond en bois, reposé sur les piliers intérieurs fut remplacée par le bâtiment d'aujourd'hui. La salle carrée dont les murs, soutenus par une paire solides d'arcs croisés fut élevée entre les années 1258 et 1262, reconstruite en 1273.

C'est dans cette bibliothèque où s'abritait la collection énorme des manuscrits de Haghpat. Haghpat était connu comme centre de manuscrits. Entre le 11ième et le 13ième siècles, le monastère essaya de concentrer tous les manuscrits arméniens dans sa bibliothèque et de créer un centre de recherches des manuscrits. Les moines du monastère parcouraient à travers le royaume arménien à la recherche des manuscrits, copiant ceux qu'ils n'arrivaient pas à prendre.

Les manuscrits, pour être protégés des envahisseurs pendant des assauts, se déplaçaient dans les cavernes, creusées loin du monastère. Au 13ième siècle, les Mongols torturèrent les moines pour révéler leur cachette, mais ceux-ci : trois supérieurs et douze jeunes ecclésiastiques, résistant à la douleur des torturent articulèrent une phrase de l'Evangile : «Ne donnez pas aux chiens ce qui est saint, ne jetez pas vos perles devant les porcs».

Remarquez les jarres, enfoncées dans le plancher de la bibliothèque qui furent désignées pour l'entreposage du vin et des produits laitiers. L'atmosphère humide de la salle était favorable à la conservation des nourritures et des manuscrits.