Khor Virap

Retour à Accueil


Khor Virap 5.Monticule nord-ouest.Temple de Tir-Apollon.Le bain.

Monticule nord-ouest

Interdit aux visiteurs, ce secteur de l'ancienne ville est situé sur la frontière turque, où sont disposés les vestiges les plus importants d'Artachat, particulièrement, le temple de Tir-Apollon (Areg/Mher/Apollon/Hermes) excavé tout récemment et le bain romain. Pendant les excavations récentes, il a été découvert « Yerazamuin », l'endroit mentionné d'après Agatanghéros, l'historien arménien du 5ième siècle.

Temple de Tir-Apollon
Le temple était mentionné par les chroniqueurs médiévaux, mais sa disposition exacte restait ignorée pour les archéologues, à cause du changement du lit de la rivière au cours des siècles. Le temple fut détruit après la conversion du pays au christianisme.

Le site est situé sur le banc gauche de la rivière Araxe, à côté du pont Tapérakan (d'Artachat). Le temple de l'époque hellénistique (189-188 avant J.C.) fut détruit au 1ier siècle par le Général Domitius Corbulo, pendant l'invasion romaine en 59.

Une nouvelle plateforme fut construite sur les anciennes structures où s'éleva un temple identique à celui de Garni, sous le règne de Tirdate I (53-60). La plateforme et le temple ont été construits en chaux de montagne. Un escalier de six étapes, ayant une largeur de 4.85 m., amène à l'entrée orientale du temple. Les colonnes du temple reposent sur les bases attiques et imitent les colonnes corinthiennes. Les murs sont décorés de bas-reliefs sculptés.

Les objets découverts au cours des fouilles sont remarquables : poteries de différentes formes et tailles, une cuvette rouge polie, avec un robinet en forme de tête de lion. Cette découverte fait supposer que le temple était dédié au soleil (le lion symbolisait le soleil brûlant d'été, et dans le Proche Orient :-le feu, le héros et le roi). La tête de l'aigle, découverte sur le site, était constituée en chaux de montagne dont les yeux et le cou étaient peints rouge foncé. Dans le monde antique, l'aigle était le symbole du soleil et du messager des Dieux.

Le bain
Le bâtiment du bain est situé au nord-est du temple qui possédait un système de chauffage, s'appelant « hypocauste », identique à celui de Garni. On n'a découvert que 7 salles de ce bâtiment immense. La taille du second bain, situé dans le voisinage du temple, atteste du niveau sophistiqué de la vie urbaine d'Artachat.

Le système « hypocauste » romain était constitué d'une grande chaudière à l'extrémité du bain qui était alimenté par le feu, ravivé par des esclaves. Le bain était alimenté en eau de la rivière Araxe par des tuyaux en argile. Le bâtiment du bain était chauffé à l'aide du double plancher et des murs. La tuyauterie en argile et les toilettes ont été découvertes dans les 6ième et 7ième salles.

Les planchers intérieurs et extérieurs des salles du bain étaient couverts de couches de chaux étanche, peintes en rose. Le bain fut construit à la fin du 2ième et le début du 3ième siècle. Après avoir été démoli, il fut reconstruit au 4ième siècle. Tous les planchers des salles étaient couverts de mosaïques, constituées de morceaux de felsite. Sur le fond blanc principal étaient incrustées des figures rectangulaires en smalt. Les planchers en mosaïque ont survécu dans la deuxième et partiellement, dans la cinquième salles. Dans les autres salles on a trouvé de petits morceaux et des fragments de plancher en mosaïque.

Rédaction du texte original faite par le professeur Jorès Khatchatrian, Directeur du Département de l'ancienne archéologie de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de l'Académie des sciences arménienne.