Maténadaran

Retour à Accueil


Maténadaran:Miniatures.Stand 3-side 1.

Comment les manuscrits ont–ils été crées et enluminés? Ce travail de Titan exigeait des efforts communs d'un scribe et d'un enlumineur. Les disciples des écoles monastiques étudiaient la calligraphie et apprenaient les méthodes et les techniques de la production des parchemins (le velin), des encres et des couleurs, en faisant leurs premiers pas dans l'art du manuscrit. Le processus de la fabrication du parchemin exigeait de grands efforts et des compétences spéciales. Le parchemin est préparé à partir de peau d'animaux comme le mouton, veau ou agneau. Le plus grand manuscrit arménien au monde, appelé L'Homéliaire de Mouch (1202) a nécessité 660 peaux de veau.

Depuis la fin du 10ième siècle, il est introduit l'usage du support- papier ( le papier arménien est le troisième par son ancienneté après le chinois et l'arabe), mais le parchemin restait toujours le plus apte à recevoir un texte calligraphié et enluminé.

Les outils étaient préparés par le scribe ou le miniaturiste lui-même dans les ateliers spéciaux. Plus de 100 recettes pour la préparation des couleurs sont conservées dans les manuscrits arméniens. Les encres pour illustrer les manuscrits étaient obtenues à partir de produits végétaux, animaux et minéraux. Très souvent, on peut remarquer les supports illustrés (encres, stylos, parchemin) par les miniaturistes, surtout dans l'entourage des Évangélistes.

Miniatures

1. Entrée à Jérusalem, L'Homéliaire
de Mouch, 1202, miniaturiste
Stépanos Maténadaran, MS 7729,
pg. 325b
2. Évangéliste Matthieu (avec des
outils d'écriture), Maténadaran, MS
7643, pg. 2b
3. Autoportrait de Tséroun,
Maténadaran, MS 8772, pg.15b


Le texte et les images sont accordés par l'Institut de recherches des manuscrits Mesrop Machtots.
 

Share |