Momik: Noravank

Retour à Accueil


Noravank 10.La chapelle – mausolée St. Grégoire, le sépulcre d’Orbélian ( Smbat).

La chapelle – mausolée St. Grégoire, le sépulcre d’Orbélian ( Smbat)

Cette petite chapelle – sépulcre, construite pour les Orbélian, est appelée souvent, ''Le sépulcre de Smbat'', car elle abrite les restes de ce dernier.

L'architecte du sépulcre est Siranès. Il fut construit en 1275. A l'intérieur de l'église on peut voir dix grandes pierres, ce sont les gisants de la famille princière Orbélian. Le plus intéressant parmi ces gisants est celui d'Elikoum, symbolisé par un lion dormant.

La chapelle, conformément aux normes de l'époque, a un plan rectangulaire simple, avec un petit autel semi-circulaire à l'est. La toiture est cintrée. Les sculptures représentent des colombes et des croix de différents types. La surface de l'autel est sculptée des formes géométriques: des carrés, des étoiles à quatre ailes des ornements herbacés, qui était caractéristique à l'époque.

Les fresques, conservés jusqu'à nos jours, étaient un élément essentiel du décor : les ornements à la forme d'échec, mariant le rouge et le noir, sont enrichis des symboles du soleil tournant, des images en rouge et des lignes obliques. La partie conservée des originaux, témoignent l'utilisation de la peinture ''Vordan Karmir'', une couleur rouge vive, pourpre ; ''Vordan Karmir'' produite par les insectes très fréquents dans la plaine d'Ararat. Cette couleur était largement utilisée au Moyen Âge, notamment pour décorer des vêtements, des manuscrits, des miniatures, pour colorier des fresques, des sculptures dans les églises et les palais royaux. Elle était très connue en Europe, dans le Proche Orient, ainsi qu' en Chine.

La chapelle abrite la sépulture du fameux homme politique Elikoum Orbélian, un des représentants puissants de la famille princière Orbélian, une personne qui joua un très grand rôle dans les événements politiques de l'époque. Il était le fils du prince omnipotent Tarsaïtch Orbélian et le frère du métropolite de Siunik, l'homme politique et l'historien Stépanos Orbélian.

Le gisant d'Elikoum Orbélian représente un lion dormant, portant un médaillon qui symbolise l'audace qu'il eut pendant la bataille. Le gisant porte une inscription :

“Le bel Elikoum, le fils de Tarsaïtch courageux comme un lion, qui rugissait devant l'ennemi. Je vous prie de se souvenir de ma prière.”

Trois autres gisants, ceux de Tarsaïtch, ainsi que de la mère d'Elikoum et du frère Smbat sont déposés dans cette église.

La principauté des Orbélian fut particulièrement puissante, sous Tarsaïtch Orbélian (1273-1290). Sous sa souveraineté, en 1286 les Orbélian réussirent à prendre aussi l'autorité religieuse de Siunik. La principauté des Orbélian divisée en trois parties sous la domination d'Elikoum, se réunit sous la souveraineté du fils de ce dernier , Bourthèle. Sous le prince Bourthèle, Siunik connut un progrès économique et culturel, et c'est le période où l'architecte Momik déploya une vive et prospère activité. L’église Sainte Mère de Dieu (1321), le Temple Zorats d'Eghigis (1321), l’église Spitakavor (1322), l’église - mausolée de Noravank (1339) furent construits pendant ce période.

Noravank, fut lié avec les fameux centres religieux, éducatifs, comme le monastère de Tathève et l'Université de Gladzor. Noravank reste jusqu'à nos jours une des œuvres architecturales les plus originales.