Sanahin

Retour à Accueil


Sanahin 2.Histoire.

Histoire

Le monastère de Sanahin, situé pas très loin de celui d’Haghpat, a connu à peu près la même histoire que ce dernier. Ces deux monastères étaient un centre de rayonnement culturel, un foyer unique d’érudition et d’études religieuses.

On ignore la date précise du fondement du monastère de Sanahin. Selon une légende il fut construit au 4ième siècle où fut élevé St.Nechan (Saint Signe). On mentionne que le monastère de Sanahin est plus ancien que celui d’Haghpat. Le mot «sanahin» en arménien signifie «celui-ci est plus ancien que celui-là».

Les chroniques et les écrits témoignent que les structures d’aujourd’hui de Sanahin remontent au 10ième siècle (en 930), période du règne du roi Abas Bagratouni. Les historiens arméniens, Kirakos Gandzakétsi et Vardan Aréveltsi, mentionnent que la première structure du monastère, celle de St. Astvatsatsine (la Mère-de-Dieu) fut construite par les moines arméniens, refusant la secte chaldéenne et chassés des territoires byzantins.

Plus tard, Sanahin fut le centre administratif des seigneurs Kiurikian et leur panthéon patrimonial (jusqu’aux moitiés du 12ième siècle) et le Saint Siège du royaume des Kiurikian (jusqu’à la moitié du 11ième siècle). Le monastère connut un essor de prospérité où s’élevèrent plusieurs édifices religieux et civils. Le monastère de Sanahin comme celui de Haghpat avaient une école supérieure (Académie de Maguistros) où l’on enseignait les sciences humaines, la musique et la médecine. Plusieurs traités scientifiques furent écrits et de nombreux manuscrits furent enluminés à Sanahin.

Aux alentours de Sanahin et d’Haghpat, il fut construit plus de vingt églises et chapelles, des annexes, des sépulcres, des clochers, une école supérieure, des bibliothèques, des réfectoires, des galeries, des ponts et d’autres structures monumentales, sans compter les nombreuses résidences et les structures de service.

Comme Haghpat, Sanahin fut pillé pendant l’invasion mongole. D’abord, les Mongols démolirent la forteresse Anker qui était construite sur la route conduisant vers deux monastères, assurant leur protection. Sanahin (en 1999) et Haghpat (en 1996) figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO comme une valeur exceptionnelle de l’humanité.