Tatev

Retour à Accueil


Tatev 1.Flore de Tatev.Le pont du diable.

Gorge de Tatev

Les gorges vertigineuses de Tatev et de Vorotan ont une vue splendide avec sa flore endémique rare comme Adianthe (Adianthum capillus-veneris), Allium kunthianum, Calystégie (Calistegia silvatica), Liseron sud (Convolvulus cantabrica), Cornouiller mâle (Cornus mas), Aubépine caucasienne (Crataegus caucasica), Oeillet (Diantus orientalis), Digitale (Digitalis nervosa), Ficaire (Ficaria ficarioides), Figuier (Ficus carica), Gentiane (Gentiana septemfida), Pavot cornu (Glaucium corniculatum), Globulaire (Globularia trichosantha), Aunée (Inula helenium), Pommier oriental (Malus orientalis), Périploque grec (Periploca graeca), Seau de Salomon (Polygonatum multiflorum), Prunie cerasifère (Prunus divaricata), Grenadier (Punica granatum) et Symphyandra armena. Les Iris de Tatev ( Iris imbricata, I. paradoxa, I. lineolata) sont renommés pour leur couleur intense.

Dans la gorge, en face du parking, depuis ce panneau, on peut remarquer «le pont du diable». En effet, c'est un bloc gigantesque, creusé sur une profondeur de 50 mètres par le puissant torrent, en constituant un pont naturel. Depuis des siècles, il a servi de pont pour atteindre Tatev. Les sources minérales en éruption sur les parois de la falaise, ayant colorées les rocs du canyon, ont formé des stalactites sous «le pont du diable» et un petit bassin d'eau chaude ; il en résultent un temps noyé dans la brume ou la pluie durant toute l'année.


Ermitage de Tatev (Tatevi Mets Anapate)

Tatevi Mets Anapate ( Ermitage de Tatev) fut construit sur un plateau dominant les gorges des rivières Vorotan et Tatev, caché soigneusement par les arbres et la verdure. Le monastère fut fondé par l'archimandrite Aristakès, après la destruction de l'ermitage Harants (1611-1613), situé dans le même canyon. Aristakès fut enterré dans la crypte de l'église principale St.Astvatsatsine du complexe de Tatev.

Le monastère fut construit dans la deuxième moitié du 17ième siècle, à la suite d'un séisme en 1658, sous demande du Catholicos Hagob Djoughaétsi qui décida de remplacer l'ermitage Harants par une nouvelle construction. Il fut reconstruit au 18ième siècle. Selon le chroniqueur Zakaria Agouletsi, les moines d'Harants furent déplacés dans le nouveau monastère en 1660, mais il fut mentionné dans les inscriptions : 1668. A la fin du 17ième siècle, dans la période faste de Tatev, Hovsèp Aghourdzetsi fit ériger de nouvelles cellules dans le complexe.

L'église St.Astvatsatsine (Sainte-Mère-de-Dieu) est la structure principale du complexe. C'est une basilique à triple-nef, avec le portique voisin à l'ouest. L'inscription datant de 1663, au-dessus du porche ouest, est probablement l'année de la construction de l'église. Selon une inscription, sculptée sur le mur nord, le portique fut construit pour Mélik Yékanian en 1743. Une petite crypte voûtée est située dans la partie nord de l'église.

Tatevi Anapat avait une école et un scriptorium jusqu'à la fin du 19ième siècle. Victime d'un séisme en 1931, une partie considérable, dans un bon état remarquable, est encore intacte aujourd'hui.