Zvartnots

Retour à Accueil


Zvartnots 6.Effondrement.Excavations.Reconstruction.

Effondrement

Zvartonts résista 320 ans, jusqu’à son effondrement au 10ième siècle. Il était déjà en ruine, quand Stépanos Taronatsi, l’historien arménien, écrivit l’histoire de la cathédrale de Zvartnots. Aucune raison de l’effondrement n’est mentionnée.

La raison de l’effondrement de la cathédrale reste encore un sujet de débats scientifiques. Il y a deux hypothèses principales : le tremblement de terre et l’invasion arabe.

L’une des explications probables de l’effondrement du bâtiment est le séisme, malgré la prévision de résister 1000 ans (jusqu’à la deuxième apparition du Christ sur la terre). Pendant les excavations, il fut découvert des traces de grave incendie. Elles pourraient être des traces de tentatives, faites plus tôt, visant à détruire la cathédrale.

Un autre point de vue explique, que pendant l’invasion arabe, ceux-ci retirèrent les pierres principales stratégiques des murs, affaiblissant la structure, de sorte que le bâtiment effondra sous son propre poids. Néanmoins, on croit que le bâtiment, affaibli par les effets des phénomènes naturels pendant des siècles, s’effondra à la suite d’un séisme.

Excavations

Au début du 20ième siècle, les ruines de Zvartnots étaient encore recouvertes sous d’épais couches de terre. Des excavations furent lancées par Khatchik Vardapet Dadian en 1901-1907. Depuis 1904, l’architecte Totos Toramanian se mit à diriger les excavations et il publia les premiers résultats des fouilles en 1905. En 1908, Nicolas Marr, l’archéologue éminent, vint se joindre à l’équipe des archéologues de Zvartnots. Il mentionna que l’église Gagkachène ou St. Grigor, construite par ordre du roi arménien Gaguik Bagratuni dans l’ancienne capitale Ani en 1000, est la copie de Zvartnots.

Le monument le plus ancien, découvert à Zvartnots, est la pierre cunéiforme (0,63 * 2,7 m.) du roi d’Ourartou Rusa II, mentionnant les travaux de construction, l’aménagement des jardins, la construction du canal et les sacrifices aux Dieux.

Durant les excavations, on découvrit la cathédrale, le palais de Catholicos situé au sud-ouest du complexe, avec ses salles de service, les bains romains, différents objets (articles en céramique, outils, bijoux) ; des tombes et un établissement vinicole.

Reconstruction

La structure exacte de l’église est aussi un sujet de débats scientifiques. En 1905, Toros Toramanian créa une reconstruction architecturale de Zvartnots qui fut assurée en 1906 comme une reconstruction la plus précise, après la découverte « l’église de millénium » Saint Grigor (Gagkachène), construite dans la ville d’Ani. Le chroniqueur médiéval Stépanos Asoghikétsi écrit :

« Au bout de millième année de l’incarnation de notre Seigneur, c’était l’époque de l’empereur Basil que le roi arménien Gaguik fut saisi d’une idée de construire dans la ville d’Ani, une église identique dans sa taille et ses structures à celle de Saint Grigor à Vagharchapat qui était en ruine »

Les bas-reliefs de l’église de La Saint Chapelle (1243-1248) à Paris, confirment aussi la précision de la structure de Zvartnots. L’église, découpée sur l’un des bas-reliefs, au-dessus de l’arche de Noé sur le mont Ararat, représente probablement l’église St. Grigor de la ville d’Ani qui était la copie de Zvartnots.

La maquette de la reconstruction de Zvartnots, proposée par Toros Toramanian, est exposée dans le Musée d’histoire d’Arménie.
 

Share |